Home
Lundi 14 mars 2022, à 22h22
Hier soir, une amie m’a dit « Je ne sais pas ce que je vais faire plus tard au niveau professionnel mais j’ai envie de quitter ma boîte. J’ai confiance, je saisirai les opportunités qui se présentent, j’ai envie de démarrer une nouvelle vie. »

Ca m’a fait un drôle de coup, comme si elle venait réveiller en moi la Flo qui disait ça il y a deux ans et qui a arrêté de s’exprimer, depuis.

La vérité est que j’ai envie d’autre chose, et que ça fait un moment déjà que cette envie est là.
Elle gronde en moi, comme un prisonnier qu’on essayerait d’étouffer et qui taperait sur ses barreaux pour sortir au grand jour.
J’ai envie d’autre chose et parfois, pendant quelques heures, j’ai ce sentiment de confiance étrangement agréable que tout ira bien si je me donne les moyens de sortir de ma zone de confort. La porte est grande ouverte, la seule personne qui m’empêche de sortir est moi. Je vois les avantages de ma cellule, la sécurité relative qu’elle m’apporte, et je n’ose pas mettre l’orteil dehors. J’agrandis les murs pour me donner plus de place, je décore pour me sentir mieux, mais au final je suis toujours là, enfermée dans la sécurité d’un job dont je n’arrive pas à m’éloigner.

Ca me fait la sensation des départs en voyage solo, quand j’ai le ventre tordu par la peur de me retrouver à l’autre bout du monde sans savoir ce qui va m’arriver et qui je vais rencontrer. C’est le saut dans l’inconnu. Et puis au final, les opportunités se présentent tout le temps : plus ou moins facilement, certes, mais au détour d’une conversation, au coin d’une rue, dans une activité de groupe, les liens se créent, l’esprit grandit. Les rencontres donnent lieu à de nouveaux projets que l’on n’aurait jamais imaginés.

J’ai appris avec le temps à faire confiance à ces voyages d’aventure, à développer une forme d’anticipation positive et à provoquer ma chance. C’est seulement en osant sortir de sa tanière que l’on peut se laisser surprendre par la vie. Je le sais.

Alors, au moment où je ressens cette confiance, ce fourmillement dans ma poitrine, j’ai envie de l’inscrire ici.

Là tout de suite, j’ai terriblement envie d’ouvrir la porte de ma carrière professionnelle et de découvrir ce que la vie a à m’offrir.